©FORUM CANDAU - N'oubliez pas de liker !
A cet endroit du forum cando, vous pouvez exposer et raconter aux autres membres vos expériences candaulistes et libertines déjà vécues, vos histoires et récits sur le candaulisme et vos petites anecdotes libertines de couples coquins.
#2195319
bonjour à tous
j'ai envie de partager notre candaulisme de façon différente.
l'histoire vraie de notre style de vie secrète mais chargé de sensations et de découverte.

j'aimerai que ce post soit le premier vrai roman autobiographique candauliste sur le forum.

pour cela je posterai régulièrement de notre rencontre à aujourd'hui, mais pour qu'il soit plaisant à lire et à suivre, je vous demanderai de ne jamais rien écrire sur ce sujet pour garder cette fluidité et permettre à chacun de débuter la lecture n'importe quand.

J'aurai besoin de l'aide des modos pour supprimer chaque post non écrits par moi. bien sûr je ne suis pas contre des retours en mp et bien sûr de nombreux likes …. :x

Il me faut également l'autorisation de l'administrateur pour créer et alimenter seul ce post et son autorisation de faire supprimer les éventuels retours publics.

je me doute que les débuts ne passionneront pas tout le monde : car je veux faire bien comprendre pourquoi nous sommes devenus ce que nous sommes.

De plus il n'y aurait aucune photo car je veux vraiment garder l'esprit romanesque et autobiographique.

seuls les prénoms et les lieux seront fictifs

edit de la modération: tout commentaire sera effacé sur ce fil, à la demande de cple36, pour ne garder que le récit. Vous pouvez toujours lui laisser un commentaire, avec le lien du post concerné, sur son topic principal: viewtopic.php?p=1336232#p1336232
olch, maitpierre, Lucifer75 et 42 autres a liké
#2195322
1-insipide


Avant toute chose, le candaulisme ne se pratique qu’avec la confiance et dans un couple ou l’amour est sincère.
Je n’avais pas de prédispositions pour devenir candauliste. D’ailleurs on ne le devient pas comme cela, j’ai eu des petites amies et même si avec du recul je m’aperçois que je n’étais pas amoureux, à aucun moment je n’ai pensé à les « partager ». Je pensais plus à aller voir ailleurs au bout d’un plus ou moins long moment, mais je n’avais aucune envie de faire du sexe en leur compagnie, même un simple échangisme ne m’intéressait pas, pourtant j’ai toujours été très axé sur le corporel.

Le candaulisme n’a pas sa genèse dans le sexe, mais dans l’amour. La légende du roi caudale n’est pas la volonté de partager sexuellement sa femme, mais seulement sa beauté et la fierté d’un homme qu’a un mari d’ avoir une jolie femme pour épouse.

Les couples purement candaulistes ne font pas d’échangisme ensemble ou séparément, souvent la femme est une jalouse adorable car le mari n’a jamais l’envie de réciprocité.
Les couples candaulistes le sont parce qu’ils se sont rencontrés et aimés, sans cette rencontre, chacun des deux personnes de ce couple auraient sûrement trouvé un autre partenaire et sûrement fondé un couple heureux mais un couple dont la fidélité serait une obligation, soit par moralité, soit par jalousie.

Un mari candauliste n’est pas un homme qui ne respecte pas sa femme, au contraire, souvent il la vénère et en aucun cas il ne la pousse vers ces chemins d’abandon pour pouvoir lui-même se trouver une excuse pour s’y aventurer lui aussi. En creusant un peu, on s’aperçoit que les couples candaulistes sont des couples très proches, très complices et souvent très amoureux même après des années de vie commune. Vous allez me dire que certains ce sont brûlés les ailes dans le candaulisme. Moi je pense que la grande majorité des couples qui ont ruiné leur couple l’ont fait parce qu’à un moment l’un des deux à voulu pousser l’autre vers de l’échangisme simple, mais en le forçant moralement « tu as la liberté d’avoir des relations extra conjugales , tu dois accepter que j’en ai aussi ». Ça ne marche pas comme ça, parce qu’en gros c’est comme offrir un super cadeau dans l’espoir d’en avoir un encore de plus grande valeur.

Je suis candauliste, mais je ne le suis et je ne l’ai été qu’avec une seule femme et contrairement à ce que l’on pourrait croire , je le suis avec la seule femme dont je suis tombé follement amoureux. Ma sorcière bien aimée comme j’aime la qualifier de temps en temps, car je me demande comment celle que j’aime à réussi à me rendre amoureux à un point que je ne pouvais imaginer, à me rendre fidèle non par obligation mais parce que je ne me vois pas autrement avec elle et surtout enlever la jalousie de mes sentiments. Avant elle j’étais un jaloux infidèle, donc elle a surement du me jeter un sort d’amour.

Le candaulisme cela ne se prépare pas, ne se commande pas, cela vous tombe dessus, vous ne savez pourquoi et vous ne pouvez pas lutter contre. Enfin même si les origines ne sont pas évidentes , il y a surement des petits passages insignifiants dans nos vies qui font que l’on va au devant du candaulisme sans pouvoir faire marche arrière .
mika007, olch, Monsieur et 35 autres a liké
#2195326
2-Le cadre

Au risque de décevoir les puritains voyant dans les modes de vie ou de pensées différents de ceux que la morale judéo-chrétienne nous impose, des gens impures issues de familles « tuyau de poêle », alcooliques, consanguines et/ou en marge de la société, je suis issue d’une famille classique, catholique, même si non pratiquante.
Une famille unie et non recomposée, donc je n’ai pas été perturbé par la multiplication des conjoints comme certains pensent qu il s’agit d’un facteur à risque poussant vers le candaulisme.
Bien sûr je ne crois aucunement que les candaulistes sont en majorité des enfants de divorcés.

J’ai grandi dans une famille moyennement nombreuse et heureuse. Je n’avais pas tout ce que je voulais mais je ne manquais de rien. Mes parents, d’un milieu modeste, nous on donné l’essentiel, voire le confort au détriment du leur.

Par contre autant ils nous ont inculqué des valeurs de respect envers les autres et des lois, autant ils nous ont toujours laissé libre de préparer et vivre notre propre vie, que cela soit dans le choix de notre avenir professionnel et personnel.

Je n’ai pas eu des tonnes de petites amies, non pas parce que je n’étais pas séduisant, au contraire à l’époque je me trouvais plutôt beau gosse, mais dès la première, je me suis vite rendu compte que les sentiments réellement sincères que j’avais pour elles n’étaient pas de l’amour.
Au bout de quinze jours maximum , j’avais de nouveau besoin de séduire et de plaire. Mes premières histoires ont été courtes et rapides.

A vrai dire, je pensais que jamais je ne pourrais me marier tout simplement parce que j’étais sûr de divorcer, parce que je ne croyais pas en l’amour éternel.

Bien sûr, un jour il a fallu se responsabiliser. Le lycée fini, aucune envie de faire des études supérieures qui ne m’étaient pas nécessaire, l’armée obligatoire à l’époque faite, je suis rentré dans la vie active.

N’ayant jamais été mal chez mes parents, je voulais tout de même mon indépendance à un age ou tout mes copains étaient déjà en couple. J’étais persuadé de ne jamais aimer et j’aimais les filles et le sexe. Mais plus arrivées à un certain age, les filles cherchent plus une vie de couple que des aventures.

Apres l’armée, j’ai rapidement trouvé un boulot dans une usine en attendant de pouvoir me lancer dans un projet de longue date, il faut bien vivre. Je savais ne pas rester et je ne me voyais pas rester à l’usine, même si je ne renie pas cette période là qui m’a permis de rencontrer des personnes qui malgré le fait d’être en usine avaient pour certains des vies moins pauvres que l’on imagine de l’extérieur.
J’étais dans un atelier avec plusieurs personnes, en majorité des hommes, certains beaucoup plus agés que moi et quelques autres de mon age voire à peine plus de 10 ans.
Notre travail n’était pas une chaîne, mais différentes spécialités nous permettant de communiquer et de discuter. Bien sûr, il nous arrivait de parler des femmes et de choses légères mais sans trop de vulgarité.
Je me souviens d’une discussion avec trois collègues, dont l’un nous racontait qu’il avait une connaissance, un homme d’une trentaine d’années, marié, apparemment avec une très jolie femme. Il nous racontait que ce type adorait voir sa femme faire l’amour avec d’autres types et qu’ils le faisaient régulièrement. J’avais entendu parler de l’échangisme ou des couples libres, mais même si je n’étais pas outré de cette histoire, je ne comprenais pas l’intérêt qu’un homme pouvait trouver dans ce genre de jeu. Cette histoire je l’ai oublié jusqu’à récemment et ce n’est pas l’histoire en elle-même qui me frappe aujourd hui mais le fait de ne pas avoir trouvé cela hors norme ou immoral. Alors qu’à cette époque j’étais vraiment très jaloux.

Je me sentais différent des normes, mais j’étais persuadé de finir seul. J’ai voulu rentrer dans la norme pourtant en me mettant en couple avec des projets d’avenir et de famille. Même, si au début j’ai fait semblant d’y croire cette histoire avait la même issue que les autres, une séparation. Les trahisons, les infidélités ont juste aidé à arrêter des faux semblants, je suis parti une fois que j’ai été sûr d’une tromperie, par jalousie certes mais au fond cela m’a donné un prétexte pour voir que rien n’avait changé , j’étais incapable d’aimer longtemps et encore moins d’amour. Croyez moi, le jour où j’ai eu la certitude de cette tromperie, j’avais de la colère, du dégoût, mais en aucun cas de l’excitation. Je suis persuadé que ce n’était pas sa première infidélité mais je me le cachais par facilité et pour continuer à faire semblant d’être un couple ordinaire.
Bien avant mes premiers doutes, j’ai eu envie d’aller voir ailleurs, de séduire de découvrir un nouveau corps, de nouvelles sensations. J’ai tenu difficilement jusqu’au premier doutes. Apres j’ai mis de côté la moralité et je suis redevenu moi-même, je l’ai trompé mais elle ne l’a jamais su contrairement à moi pour elle. Le pire c’est qu’elle m’a attribué une seule aventure avec la seule fille que je n’ai jamais cherché à séduire. Ce couple était donc une catastrophe, mais j’avais fais la connerie ultime quand on n’aime pas et je me retrouvais piégé. Son infidélité avérée m’a libéré même si elle m’a beaucoup blessé pour une raison que seules deux personnes savent.

A 26 ans, je me retrouvais presque libre et je me suis dit que plus jamais je ne me mentirai à moi-même et que je préfèrerai rester seul que de faire semblant pour être comme les autres. J’ai eu quelques aventures passagères mais hormis l’hygiène sexuelle je me plaisais de plus en plus dans ma solitude.

Je pensais finir ma vie comme ça mais c’était sans compter sur le destin .
#2195335
3-LA RENCONTRE


Je ne sais pas pourquoi tout le monde pense que tu es forcément malheureux quand tu sors d’une relation de plusieurs années, mais franchement chaque jour je me sentais libre et je respirais enfin. Autant la jalousie avait pris le dessus lors de cette relation autant je me moquais royalement de qui pouvait la baiser à présent, c’était de l’indifférence totale.
Moi, je ne pensais qu’à séduire et je voulais multiplier les conquêtes.

Mais comme tout le monde pense vouloir ton bonheur en te présentant des filles pour refaire ta vie (merde j’avais pas 30 ans), et bien on te présente des filles qui veulent se caser.
moi je ne voulais pas ,mais comme tu veux faire plaisir aux amis tu acceptes des repas rencontres chez eux. Des filles oui mais pour baiser pas pour se caser et déjà que je ne croyais pas au mariage , alors avec les rencontres organisées ……

Puis un jour un couple d’ami me dit qu’il vont me présenter une fille qu il connaissent depuis quelques mois bien sur jolie, intelligente, mature et tout et tout.

Je me dis « bien sur une fille parfaite et seule, ils me pensent déprimé à ce point ? »

Mais bon, j’accepte, la soirée peut être sympa.

J’arrive, je me gare au bas de leur immeuble de ville, je ne sais plus ce que je trifouille dans ma voiture mais je ne monte pas tout de suite. Je vois arriver une jeune fille, je tourne la tête, je croise son regard et elle détourne la tête et il me semble qu’elle accélère le pas et rentre dans l’immeuble de mes amis.
J’ai ressenti un truc que jamais je n’ai ressenti. Un truc bizarre, la fille n’est pas seulement jolie mais elle a quelque chose de spéciale. Je crois que je suis resté béat quelques seconde et je devais avoir l’air du loup de tex avery. Je me pose la question « est ce la fille qui doit venir dîner où va-t-elle dans un autre appartement ? ».

Je monte, je sonne, on ouvre je rentre. Je dis bonjour à mes amis et il me présente la jeune fille vu quelques minutes plus tôt. Je croise son regard, un regard plein d’expression et de charme. Habituellement je regarde le physique des filles mais la ce regard m’envoûte, m’ensorcelle. Mais très vite je suis intimidé et je n’ose plus la regarder dans les yeux. C’est vraiment une jolie fille, pas sophistiquée mais avec un charme naturel. Elle a des cheveux bruns, très courts à la garçonne. Moi qui n’aime que les filles aux cheveux longs.

Elle a un visage d’ange, accentué par des lunettes de vue très sages et simples. Habillée très sage également je sens que les vêtements sont fait pour cacher un corps que je ne pourrai décrire à se moment là, mais elle à l’air bien foutue. A table, nous parlons de beaucoup de chose et de ma situation de père célibataire avec une relation très conflictuelle avec mon ex. j’apprend qu’elle a plusieurs années de moins que moi, à peine 20 ans, alors que moi j’approche de plus en plus de la trentaine. Là je me dis que c’est mort, pourquoi une fille de même pas 20 ans s’intéresserait à un homme approchant la trentaine,avec un enfant et une ex compliquée et vraiment peste.
#2195355
La soirée est agréable, après le repas on passe dans le salon mais depuis un bon moment je n’arrive plus à croiser son regard, j’ai du fixer ses pieds une grande partie de la soirée. Pourtant je ne suis pas fétichiste.

Elle part avant moi, mes amis me demande mon ressenti. Je dis que c’est une jolie fille mais que la différence d’age est là. Mon amie me dit de ne pas m’en faire pour ça, qu’elle a eu plus vieux que moi.
Mon amie m’explique qu’elle est là pour un contrat de formation d’un an et qu’elle retournera chez son père à plus de 100 kilomètres de là à l’issue de cette formation.
En quittant mes amis il me disent de revenir le lendemain, qu’ils l’appelleraient et que nous irions faire un tour sur une presqu’ile du fleuve, nous sommes en septembre et les journée sont belles.    
Chez moi, dans mon lit, j’ai du mal à dormir. J’ai dans la mémoire cette fille, je n’ai pas pour habitude de fantasmer si une fille me plait je la drague et hormis à l’age de 10 ans je n’ai jamais été intimidé par une fille, mais là je dois dire que je suis décontenancé au point de passer une soirée à regarder les pieds d’une fille.

Le lendemain, nous allons nous promener comme convenu. Je suis encore sous le charme voire encore plus. Elle a un caleçon noir genre leggings et un pull ample et long jusqu’au dessous des fesses. Cette fille doit vraiment complexer sur son corps, elle a toujours des vêtements qui cachent ses formes.

On se ballade, j’essaie de ne rien faire paraître de mon émoi, mais je discute et me rapproche d’elle au maximum. Elle est sympa, mais limite froide et distante, j’ai même l’impression qu’elle me fait comprendre que je n’ai aucune chance. Ma fierté de mâle me dit de ne pas passer pour un baltringue aux yeux d’une jolie fille et je lui fais comprendre que depuis ma séparation je ne cherche pas de relation sérieuse et elle s’est une fille sérieuse.

A un moment, elle lève son pull pour remonter son leggings. Je suis derrière elle à quelques mètres et je suis irrésistiblement attiré par la vision offerte à mes yeux ; elle a un cul d’enfer !!! je suis accès porté sexe, et j’ai souvent maté le cul de nanas. Mais là, je ne matais pas, j’ai été pris de court, par surprise sans intention réelle de mater délibérément, mais je suis scotché sur le plus beau cul du monde. J’ai l’impression que mes yeux vont sortir de mes orbites comme si ils voulaient voir ça de plus près.
Ce geste n’a duré que quelques secondes, mais cette image ne m’a jamais quitté depuis.

Mon impression de cette après midi me fait dire que je n’ai aucune chance avec cette fille, que je ne l’intéresse pas, j’en suis persuadé. Plus j’y pense, plus je me dis que dès la première seconde où j’ai vu cette fille, j’ai eu un coup de foudre. Un coup de foudre ? non impossible, pas moi ? Je n’y crois pas, je n’ y ai jamais cru. J’ai retourné mes pensées dans tout les sens. Je suis vraiment déboussolé, mais je dois me faire une raison, les coups de cœur sont rarement réciproques et son comportement distant de l’après midi est clair, pas de coup de cœur et encore moins le moindre intérêt.


Je revois mes amis dans la semaine, je leur dit que cette fille me plait vraiment, mais que je ne l’intéresse pas du tout. Mon amie me dit qu’en fait la jolie demoiselle à dit la même chose me concernant, enfin qu’elle avait l’impression qu’elle ne m’intéressait pas mais pas que je lui plaisais. Bon déjà elles ont parlé de moi, c’est déjà ça. Moi je pense à elle tout le temps depuis le premier regard, à chaque fois que je la vois, je la trouve de plus en plus belle, j’ai le cœur qui s’emballe et pour la première fois de ma vie, j’ai rencontré une fille qui fait qu’à chaque fois que je la quitte, j’ai hâte de la revoir.
#2195373
Un soir en sortant de chez nos amis communs, je lui propose de la raccompagner jusqu’à chez elle, un appartement situé à quelques centaines de mètres de là. Elle refuse, je me vexe en lui disant que je n’ai jamais violé personne et que je sais me tenir. Je me doute que notre amie commune lui a dit ce que je pensais d’elle. Elle fini par accepter et moi je me dis qu’il faut que je lui prouve que je suis vraiment un gars bien. Je ne sais plus vraiment ce que j’ai dit lors du court trajet, mais j’étais redevenu le gamin timide de mes 10 ans.

En bas de son immeuble, elle m’embrasse et pour la première fois j’ai une sensation de bien être qui m’envahit tout le corps, le monde pourrait s’écrouler que je ne m’en apercevrais pas.

J’adore embrasser, mais là c’est vraiment le bonheur, ce n’est pas pour faire semblant, ni pour du sexe, j’avais envie de ce baiser comme jamais, je n’ai eu envie de quelque chose.

Elle me propose de monter avec elle, je sais que je devrais dire non pour ne pas passer pour un goujat, mais je n’ai pas envie de la laisser, elle hante mes pensées depuis plusieurs jours.

Je monte avec elle, on s’embrasse, on n’ose pas trop parler, mais depuis ce jour je sais que je ne pourrai plus jamais me passer de ces baisers. Elle me demande si je veux rester dormir là et j’ai du répondre un truc débile et sans charme. Mais je perd tout mes moyens de dragueur devant elle. Je me sens ridicule devant elle. Elle me montre la chambre et me dit de me coucher. Elle sort de la chambre en disant qu’elle revient. Je me déshabille à 300 à l’heure et je garde mon slip . Abruti jusqu’au bout le gars. Je fonce sous les draps. Elle revient …..

Mes yeux ont du tombé, je vois arriver une déesse, juste en petite culotte. Un corps de rêve, je n’ai jamais vu une femme aussi bien proportionnée, des seins énormes mais d’un galbe parfait, des hanches à tomber, bien mise en valeur par une taille bien dessinée. Des jambes d’une beauté allant avec le reste de ce corps parfait et presque irréel. J’ai eu l’impression qu’elle ne me regardait pas sinon elle aurait fait demi tour devant l’air benêt que je devais avoir.

J’avais devant moi une déesse, une princesse à la beauté infinie. Je ne peux pas détacher mon regard de ce corps qui est une invitation aux caresses, mais étrangement, pour la première fois de ma vie, je me trouve face à une femme pratiquement nue et super bien gaulée, mais je n’ai pas de pensées scabreuses, juste envie d’aimer cette perle dont son corps est un écrin.

Je m’attendais à la voir arriver avec une nuisette sage et elle arrive presque nue. Plus tard je me suis dit qu’elle n’avait pas froid aux yeux et qu’il était évident que nous ne resterions pas sage. Mais ceci ne collait pas avec l’image que je me faisais d’elle.

Je crois que je n’ai jamais été aussi nul au lit, je voulais profiter de ce corps et en même temps je ne voulais pas le souiller. Je me suis toujours considéré comme un bon coup au lit mais pas ce jour là. Les baisers se succédaient et plus j’en avais plus j’en voulais.

C’est la première fois que je trouvais une femme belle pendant l’amour. Je me demandais quel défaut elle cachait pour être l’incarnation de l’amour et de la beauté. Moi qui ne croyais pas en l’amour, je devenais de plus en plus amoureux de jours en jours, d’heures en heures, de minutes en minutes et à chaque secondes.
gentilvoyeur, birdie, Trefle57 et 35 autres a liké
#2195509
Les nuits ont été pour moi une continuité de plaisir, je ne me lassais pas de l’embrasser, je ne sais pas si elle était amoureuse, mais ses baisers et la manière de se donner au lit était sincère. En plus d’être une beauté, c’était une fille intelligente et gentille.
J’aimais le sexe, mais je pouvais m’en passer, mais pas avec elle car je ne faisais pas seulement de la baise, mais ce n’est pas de sexe que j’avais envie, mais seulement d’elle.
Elle était belle, gentille, intelligente mais assez classique au lit. Mais je sentais qu’elle était prédisposée pour se libérer un peu plus voire beaucoup plus.
Mais comment faire pour amener une princesse au sexe plaisir sans passer pour un goujat qui ne voit qu’un trou au lieu de cet amour grandissant.

Son corps était tellement parfait que je voulais le goûter entièrement, j’ai rapidement enfoui ma tête entre ses cuisses et je me suis régalé de son nectar d’amour dont l’abondance prouve qu’elle ne simulait pas et qu’elle était faite pour le plaisir. Je n’ai pas demandé la pareille parce que même si la fellation est un plaisir inégalé pour un homme, j’avais juste envie de la déguster. Mais c’est vrai que je me suis dit que vu sa façon d’embrasser elle devrait être ravageuse dans cette pratique.

Elle m’a rapidement avoué qu’aucun de ses partenaire ne l’avait lécher et que comme elle n’avait pas elle ne donnait pas.

On faisait l’amour plusieurs fois par nuit se réveillant au milieu de la nuit, nos mains, nos bouches se trouvaient et la suite était pas contrôlable pour moi.

Une qualité de plus, elle n’était pas égoïste et pour mes cunnilingus j’ai eu le droit à une pipe du tonnerre et dire qu’elle n’avait jamais sucer un homme, qu’est ce qu’ils ont manqué ses anciens partenaires!!!.

Je me souviens d’une pipe dans la voiture à 23 heures, en pleine ville à quelques mètres de son nouvel appartement. Je crois que c’était la meilleure que jamais personne ne m’avait faite, elle s’est arrêtée à deux doigts de l’explosion, j’ai vraiment eu du mal (ou du bien) à me retenir. Quand je lui ai dit que j’allais venir, elle a arrêté. Je ne voulais pas la forcer, mais ce jour là j’ai su qu’elle ne s’abandonnera jamais avec moi, que je n’étais pas l’homme qui lui donnera envie de tout donner.

Chaque jour, ma préoccupation principale est de retrouver cet ange. Je suis pressé de retrouver sa bouche, sa peau, son contact et surtout son regard. Mais je sens qu’elle est sur la réserve et qu’elle doute d’elle. Petit à petit, elle se livre. Elle est jeune mais elle n’a eu que des amants et non des petits copains. Une première histoire de vacances, un amant de 30 ans de plus qu’elle. Deux ou trois relations épisodiques rencontrées sur le lieu de travail.

L’amant de plus de 30 ans, au lieu de me choquer, me trouble. Cette homme l’a séduite en s’intéressant à elle. Il a sûrement vu une partie de son charme, mais une fois au bout de sa queue il a du renoncer à approfondir, quel dommage pour lui. Je lui ai posé des tas de questions mais elle n’a jamais vraiment répondu. Je sais juste que ça se limitait à de simples pénétrations, sans jeux, sans préliminaires.

Les autres deux jeunes de 25 à 29 ans rencontrés lors de sa formation. Mais pour elle, ils ne s’intéressaient qu’à son cul. Ça je pouvais le comprendre aisément, mais tout le reste, que cela soit physique ou mental était une merveille à découvrir.
Hdu85, Halohalo, legatelois et 29 autres a liké
#2195571
J’ai rapidement fini par rester à plein temps chez elle, j’avais besoin de sa présence, bien qu’elle devait penser que j’étais comme ses deux dernières aventures, juste intéressé par son cul. Moi je me savais amoureux et je lui disais « je t’aime » très facilement, alors qu’elle avait du mal à le dire et elle rajoutait souvent ce superlatif que je déteste : bien. Où elle disait « -on s’entend bien » .

Cela faisait deux ou trois mois que nous nous fréquentions, quand elle n’a pas eu ses règles à la date habituelle. Pendant plusieurs jours nous avons cru qu’elle était enceinte. Elle était pas très enthousiasme de cette situation et elle ne comprenait pas pourquoi moi je le prenais plutôt bien. A vrai dire moi non plus quand j’y repense je ne sais pas pourquoi j’étais si zen hormis le fait que je savais qu’elle était la femme de ma vie. Mais j’avais du mal à devenir l’homme de la sienne.
Finalement c’était juste un dérèglement.

Mais niveau sexe , nous nous amusions , ses baisers étaient toujours une sucrerie des plus douces et elle était tellement belle dans le sexe que j’avais tout le temps l’envie de la voir dans cette situation, en plus du manque irrésistible que j’avais d’elle. Mais je n’arrivais pas a retrouver l’assurance que j’avais avant. Plus je voulais lui donner du plaisir, moins j’étais performant et donc moins j’étais attirant sexuellement.

J’ai eu la chance de tomber sur une déesse qui ne le savait pas ; qu’elle était une beauté rare et une fille non seulement jolie, mais pleine de charme, un charme fou et attirant. Elle avait vraiment quelque chose de spéciale.
Plusieurs mois et toujours pas envie d’aller voir ailleurs. mais surtout, toujours envie de la connaître, cette fille mystérieuse qui ne réalisait pas qu’elle était au dessus du lot des autres filles et à des années lumières de ses filles sophistiquées prétentieuses et souvent superficielles.

J’ai eu de la chance parce que si elle l’avait réalisé à cette époque elle aurait sûrement intelligemment choisi un homme qui lui plairait ou qui soit de sa catégorie.

Elle a du croire un minimum à ma sincérité, puisqu’au bout de quelques temps nous avons décider de déménager pour un appartement plus grand et qui faisait plus couple.

J’ai toujours eu des horaires atypiques et donc souvent libre en journée. C’est donc tout naturellement que j’ai commencé les premiers cartons.
Hdu85, hixxos, sjsamor et 27 autres a liké
#2195632
Je tombe sur une sacoche pratiquement vide que je me dis pratique pour mettre des papiers. Je l’ouvre, dedans se trouve des lettres adressées à ma belle, je les regroupe dans le même compartiment de la sacoche. Elles sont dans leurs enveloppes, aucune raison que je fouille dedans, c’est sa vie privée et je ne veux surtout pas la surveiller.
Mais une lettre est sans enveloppe. Je ne sais pas pourquoi je la lis, ce n’est pas dans mes habitudes d’être curieux à ce point. Il s’agit d’une lettre d’un des deux jeunes hommes qui a couché avec elle. Apparemment il sait qu’elle a aussi couché avec le second et il lui propose tout simplement de le faire à trois, donc deux hommes et une femme.

Je ne suis pas choqué, même si à l’époque je ne me voyais pas faire un trio homme homme femme. Mais je me pose la question, l’a-t-elle fait ?
Elle a un regard charmant, charmeur, doux, innocent et envoûtant, mais aussi coquin et léger. Plusieurs fois ce regard à déclenché une pulsion purement bestiale chez moi, bestiale et incontrôlable. Quand elle a ce regard là, je me disais : « quel regard de salope !!! elle a des yeux qui transpirent le sexe ». Bien sur, même si les mots paraissent forts, je les pensais sans violence et sans méchanceté.

La plupart des hommes veulent se faire une salope mais peu voudraient en aimer une et autant ils pensent faire plein de cochonneries avec une aventure sans lendemain ou une maîtresse, autant leur femme ne doit pas faire des choses sortant de l’ordinaire. Au mieux petite levrette de temps en temps, voire petite fellation les jours de fêtes, mais pas plus. Et si possible tard le samedi soir, dans le noir et en silence.

Si la vie sexuelle du couple c’est ça, c’est triste mais l’amour est normalisé et moralisé dans nos sociétés dites modernes.

Pour ma part, je pense que l’on a qu’une vie et qu’elle passe bien trop vite. Il y a des plaisirs dont on se prive uniquement pour la morale, souvent ayant des fondements dans nos religions mais qui finalement sont des plaisirs déjà gratuits, qui ne font que du bien et cause généralement peu de tord aux autres.

Pas curieux, mais cette fois ci j’avais besoin de savoir si elle l’avait fait. Pas par perversité mais juste parce que je me disais qu’elle avait toutes les capacités pour le faire et quand même temps cela ne collait pas avec les discussions sur le sexe que nous avions eu.

J’attendis quelques jours et après une bonne partie de jambe en l’air, j’entame une discussion sur les fantasmes et sur les expériences sortant de l’ordinaire. De toute façon, je ne peux que rarement me retourner et dormir, en plus j’adore ses yeux après le sexe. Puis j’adore parler avec elle, je bois non seulement ses mots mais également sa voix.

Je lui demande ce qu’elle a fait de plus fou ou de ce qu’elle aimerait faire en matière de sexe. Je dis que j’aimerai un trio homme, femme, femme, non pas pour me faire deux femmes en même temps, mais plus pour les voir s’amuser ensemble et éventuellement pour une double fellation. Elle me dit qu’elle n’a rien fait d’extraordinaire, qu’avant moi, elle n’avait jamais sucer, qu’elle n’avait pas vraiment de fantasme et que les deux mecs avec qui elle avait eu une relation à son boulot précèdent voulait coucher à deux avec elle.
« -et tu n’as pas fait ? »  
« -non !!! ça va pas je ne suis pas une pute !!! »
« -une pute se fait payer, là c’était une proposition juste sexuelle et pour le plaisir »
« -ça prouve juste, encore une fois qu il n’y avait que mon cul qui les intéressait, »
«-en même temps quand je te caresse je me dis que ton corps mérite deux fois plus d’attentions et de douceurs »

A ce moment, il est vrai que j’avais continuellement envie de la caresser et de la baiser, mais en aucun cas je me voyais la partager et encore moins « la prêter ».
Hdu85, katydenis, Halohalo et 30 autres a liké
#2195752
De temps en temps nous regardions des films pornographiques et j’ai rapidement remarqué qu’elle mouillait facilement au moment des scènes lesbiennes.
Lors d’un de ces visionnages

« -tu es attirée par les femmes ? »
« -pas spécialement mais je trouve ça beau deux femmes qui s’embrassent ou se caressent »
« -tu l’as déjà fait avec une femme ? »
« -Non, enfin presque pas, deux ou trois fois avec une cousine de mon age, on dormait dans le même lit et on se caressait mutuellement dans le noir sans un mot jusqu’à craquer. Rien d’autre, c’était rapide et un peu en cachette »
« -t’aimerai pas le faire vraiment ? je t’aime mais si tu le désires il serait dommage de ne pas essayer, sans moi bien sur, je ne te demanderai jamais un trio femme-femme-homme. »
« -je ne sais pas les fantasmes doivent rester des fantasmes »
« -tiens je croyais que tu n’avais pas de fantasme. Moi, je pense au contraire que les envies doivent être tentée, on a qu’une vie et elle passe vite. »

En fait, à ce moment là, je me suis dit c’est ça qu’elle a de différent et c’est pour ça qu’elle est si belle même en baisant. Elle est fait pour le plaisir et la douceur d’une femme. Pour la première fois de ma vie j’acceptais l’idée que ma compagne puisse faire et éprouver autre chose pour une autre personne que moi. Mais bon, une femme ça ne compte pas. Ce n’est pas vraiment de l’adultère, juste une expérience. Et si moi, l’homme qui l’aime ne peut pas l’aider à avoir cette expérience, c’est que je ne suis pas digne de son amour.

Les mois passent et j’aime toujours autant le sexe avec elle. Enfin ce n’est pas spécialement le sexe mais son corps qui m’attire sans cesse. A peine on a fini que j’ai envie de recommencer. Mais je sais qu’elle complexe toujours, malgré mes mots, ma fidélité et mes caresses. Alors même si j’ai beaucoup de mal à me retenir, je commence à me modérer pour éviter qu’elle pense que je suis comme les autres et que seul son cul et ses gros seins m’intéressent.

C’est vrai que j’aime ce corps et je n’en suis toujours pas lassé et je n’ai toujours pas envie d’en découvrir d’autres. La drague, la nouveauté ne m’intéressent plus, car avec elle, j’ai l’impression de la découvrir à chaque caresse.

Voila quelques mois que nous sommes dans notre nouvel appartement.

Plus je la vois plus je me rend compte de sa beauté, de sa sensualité et de ce qu’elle mérite. Ce corps est trop beau, il faut que je l’immortalise. Premières photographies de nue obtenues non sans batailler. Des photographies « soft » en argentique, le numérique n’en est qu’à ses débuts et est très cher. Les photographies développées, je peux admirer ses formes dès que j’en ai envie, c'est-à-dire souvent. Sa timidité la rend encore plus sensuelle, ce visage doux, ses seins magnifiques et si bien dessinés, ses hanches combinées à sa taille beaucoup plus fine qu’elle ne le dit lui donnent un côté excitant et remplissent mon esprit de pensées scabreuses et vulgaires. Son ventre que je connais si doux et si tendre me plait énormément. Ses jambes me donnent tout simplement envie de me jeter à ses pieds et de la vénérer comme la déesse qu’elle ne voit pas elle-même, mais qui est devant moi, à moi, à mes mains, mes lèvres. Je passerai mon temps à la couvrir de baisers, à la déguster, à la prendre dans tout les sens et surtout à l’aimer comme aucun être humain n’a osé aimer une déesse.

Ces photographies sont sûrement mes préférées parmi les milliers de photographies que nous ferons dans l’avenir.
#2196007
Mais ces photographies sont aussi le déclic, le déclic où je me dis que je ne peux pas garder une déesse et son corps pour moi seul. Enfin à cette époque je pensais juste qu’elle dévoile un peu plus d’elle dans la vie quotidienne.
Elle n’est pas mal habillée, mais elle cache ce corps et ses formes, par pudeur, par peur et surtout par complexe. Complexe que je ne comprendrais jamais quand je vois son corps. Elle le cache par des vêtements dissimulant ses formes, aucune jupe ou robe serrée, ni courte et encore moins échancrée. Pas de haut légers, genre top fin ou débardeur. Même ses dessous sont sages, pas de string, des dessous simples en coton limite adolescente sage de bonne famille judéo-chrétienne.

Je lui parle de strings, elle n’est pas fan.
« -tu te baladerais avec une ficelle dans le cul toute la journée ? »
« -bah sur un mec, c’est moins joli mais si ça te plait je le ferai. » rire .

Quelques temps plus tard les premiers strings apparaissent et ce cul que je trouvais parfait devient une œuvre d’art.
Les jupes se font plus courtes, mais aucun de mes encouragements n’ont raison de ses cols gâchant la vue sur la plus belle poitrine de femme que le monde n’ait vu. Pourtant les décolletés seraient à tomber.

Je suis amoureux et fier de me promener avec une aussi belle jeune femme.

Pendant l’amour, je commence à lui dire qu’elle mérite deux fois plus de caresses, deux fois plus d’amour. Elle répond que l’amour me rend aveugle, mais elle se trompe, elle a quelque chose de spécial, ses yeux sont remplis de contradiction que je dois déchiffrer, étudier, analyser et surtout satisfaire.
Elle a un regard doux et innocent, mais à la fois sexe et facile, un regard d’une adorable salope. J’ai rencontré une jeune femme qui avait peur d’être sexy, qui ne suçait pas, qui faisait du sexe sans saveur, parce que personne ne lui avait montré qu’elle n’était pas qu’un vagin et que l’on pouvait s’amuser avec le sexe. Elle avait en un an avec moi donné plus qu’avec ces quelques amants précédents réunis.

Mais je savais qu’elle donnerai encore plus et que je serais étonné d’années en années, je savais qu’elle dégageait un potentiel que moi-même je n’arrivais pas à définir. Je savais que toutes les autres femmes seraient d’un ennui sexuel immense à côté d’elle et que je ne trouverai jamais plus ce plaisir, cette envie, cette extase qu’elle seule a su me donner.

D’ailleurs avant elle j’étais un bon coup parce que j’avais le contrôle, je me maîtrisais. Mais avec elle je ne maîtrisais rien, surtout dans la pénétration. Je craquais assez rapidement, trop rapidement pour qu’elle ait le plaisir dont elle méritait.
Ce déclin de mes compétences au lit a eu raison de la chose qui me tenait à cœur dans l’acte sexuel, donner l’envie irrésistible, incontrôlable. La pulsion qu’un homme donne à une femme, qui fait que cette femme ait l’envie physique d’aimer.
Combinée à l’amour du cœur font d’un couple, une union hors du commun. J’avais l’amour du cœur mais il fallait se rendre à l’évidence que je n’étais pas aussi exceptionnel qu’elle et que je ne suis pas un top model et mes faiblesses ne me rendent pas désirable. Certains donneraient tout pour l’amour du cœur. Mais quand on ressent les deux pour une personne, les mots seuls font souvent plus mal quand on attend désespéramment les gestes qui les prouvent.
En fait depuis le début nous avons souvent fait l’amour et à chaque fois sur mon initiative. Elle disait rarement non, voire jamais à cette époque, mais très rarement c’est elle qui est venue.
Hdu85, sergio, GeekyBull et 30 autres a liké
#2196246
Elle faisait du sexe par amour, mais pas par envie et pulsion.
Moi qui rêvais d’être son prince charmant, je ne serais que son homme.
Vous allez me dire qu’un homme qui veut que sa princesse ait souvent des pulsions sexuelles pour lui ne peut pas être un prince charmant.
Mais tout les contes finissent de la même façon ; « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants. ». Et pourquoi beaucoup d’enfants ? parce qu’ils ne résistaient pas à se prouver leur amour par des actes sexuels incontrôlables et impulsifs. En clair, ils s’aimaient avec le cœur mais aussi beaucoup avec le corps.
Hdu85, sergio, PetitChaton et 18 autres a liké
#2196266
4-La naissance d’une contradiction

Cette envie de la partager est de plus en plus présente. Au début c’est juste un jeu d’excitation, un fantasme qui devrait se plaire dans l’imaginaire et le virtuel. Mais à certains moments je veux qu’il devienne réalité.
Ses yeux, ses gestes pendant l’amour et son regard quand elle est bien, tranquille et sereine dans des activités de tout les jours, viennent me convaincre qu’elle mérite vraiment plus qu’un simple amour et de simple relations sexuelles plus motivées par l’amour du cœur que par la véritable envie charnelle.
La fréquence de nos rapports a baissée depuis un moment et une fois terminés, jamais une tentative de remettre ça rapidement. Je rêve qu’elle revienne langoureuse me dévorer le sexe après une première fois.
C’est la première de mes contradictions, je me dis que la pousser dans les bras d’un autre homme ne fera que lui montrer encore plus que je suis moins désirable.
Je suis persuadé qu’elle est faite pour se découvrir sexuellement, mais pas avec un seul partenaire et encore moins avec celui qui devrait devenir son mari pour la vie.
J’ai souvent été égoïste dans mes relations passées, voire tout le temps. Avec elle et pour l’amour qui malgré son énormité ne cesse de grandir de jour en jour, je ne peux pas être cet égocentriste comme par le passé.
Convaincu que je dois être celui qui l’amènera à se découvrir et à se lâcher, je ne peux faire autrement que me lancer dans une aventure aussi extraordinaire que difficile.
Comment convaincre, une jeune femme qui n’a pas confiance en elle, en son pouvoir de séduction, en sa beauté naturelle et qui en plus complexe sur ce corps qui est pourtant celui d’une déesse.

Je me torture l’esprit des jours, des semaines et des mois durant. Je pèse le pour et le contre.
Le contre est que tout simplement qu’elle tombe amoureuse d’un autre et s’aperçoit que je ne suis pas l’homme de sa vie. Dans ce cas, j’en souffrirai toute ma vie mais quand on aime vraiment, a-t-on le droit de bâtir un amour sur un faux semblant ?
A-t-on le droit de faire passer à l’amour de son cœur, une vie triste et banale, juste pour être sûr de ne pas la perdre ?
En clair, a-t-on le droit d’enfermer la plus belle des roses sous une cloche de verre ? La laisser se faner juste par pur égoïsme ?
J’ai beau avoir la peur de ma vie (de la perdre) je n’ai jamais pu me résoudre à la laisser se faner, quitte à me faner moi-même. Elle méritait d’avoir une vie sans regret. En avoir tout les deux, nous aurait éloigné et aurait transformer un amour en habitudes mutuelles.
Y a aussi la peur qu’elle me quitte tout simplement car elle penserait que je n’aime que son cul et que je n’avais pas d’amour pour elle. Que je n’étais qu’un obsédé qui ne voyait en elle qu’une vide couilles.

Nouveau déménagement et depuis plusieurs mois nous avons envie d’un enfant qui tarde à venir. Je suis complètement amoureux car pour son désir d’enfant avec moi, elle a supporté beaucoup de choses.
Elle me rend encore plus fier d’elle, elle m’émerveille par sa détermination. Elle me rempli à la fois de tristesse et de bonheur devant les échecs successifs. Elle un traitement fastidieux et ce traitement oblige des rapports intenses sur une période de vingt quatre heures.
On baisse pratiquement en continue sur ce laps de temps.
J’avais enfin une femme qui demandait et redemandait que je la prenne, à la différence près que ce n’est pas une envie irrésistible de moi, comme je rêvais. Là aussi beaucoup auraient été satisfait et n’auraient pas fait cas de ce détail, mais moi ça me peine. Je crois que c’est à cette époque que j’ai réalisé que je ne serais jamais l’homme qui lui donne envie de baiser et de recommencer plusieurs fois.
Je vois bien qu’elle souffre de ne pas tomber enceinte. J’essaie de la rassurer de lui prouver encore plus mon amour, mais je ne suis pas doué pour trouver les mots.
Je sais que ce blocage est en partie du au cérébral, elle a tellement envie de cet enfant et elle a tellement peu confiance en elle qu’elle provoque sûrement un blocage psychologique.
Je l’accompagne déjà pour elle et par amour , mais aussi par envie mutuelle de construire notre vie de couple.
Elle pense que je suis moins perturbé par nos échecs de fécondation parce que j’ai déjà un enfant. Il y a sûrement du vrai dans cela, mais j’avais également eu très peur au bout de un an d’échecs, je voulais tout avec elle, le sexe plaisir certes mais aussi des enfants et un mariage, mais lui dire aurait été pire pour son moral.

Enfin un jour, la bonne nouvelle. Elle avait persévéré, elle avait réussi. J’étais fier et heureux et j’espérais que mon amour et notre amour avait eu raison de ces durs moments.

La grossesse réveille la libido des femmes en général, je me voyais déjà violé par la mère de mon futur enfant. Mais voilà c’est en général, elle a été fatiguée et malade pratiquement neuf mois, à m’en inquiéter.
Mon amour était toujours le même, voire encore plus grand. J’aimais le sexe avec elle, mais je l’aimais elle encore plus donc malgré des rapports très rares et avec encore moins de pulsions de sa part, j’ai patienté sans vraiment souffrir de ce manque et ma fidélité a continué. Je lui sautais dessus par amour donc il n’a pas été difficile de me contenter de caresses, surtout de son ventre. Et puis quoi, j’étais vraiment amoureux, je n’allais pas gâcher ça par un manque de sexe, d’ailleurs je n’avais envie que d’une femme, cette femme là.

J’ai essayé de la protéger et de prendre soin d’elle au mieux de mes capacités, même si je n’ai sûrement pas été à la hauteur.

Même si la grossesse a été peu érotique dans les faits, j’étais encore plus charmé par ma déesse. J’ai toujours trouvé les femmes enceintes pleines de charme et de sensualité. Alors avec une femme que je trouvais déjà au dessus des autres en matière de charme et de sensualité, je ne vous dis pas comme mon admiration a encore grandi.

Nouvelles photos dénudées, mais ce coup-ci uniquement pour garder cette image de la beauté de la femme enceinte. Ces photos me font toujours un effet énorme quand je les regarde et je les regarde souvent.

La naissance amène de grand changement dans la vie d’un couple. La venue d’un enfant perturbe la libido et occupe pas mal de temps. Mais la maternité l’a encore embellie et je regarde également beaucoup une photo de cette époque où je trouve cette femme tout simplement sublime. Une photo d’elle avec une jupe légère mais sage, assise sur le canapé et avec ce sourire qu’elle n’a malheureusement pas assez souvent. J’avais remarqué depuis longtemps qu’elle avait de jolies jambes mais là je les trouve parfaites. Chaque jour, je découvre une femme d’une beauté supérieure à la veille. Comment aucun homme avant moi n’a vu toutes ces qualités physiques qu’elle a des pointes des cheveux aux bouts des pieds. J’ai l’impression de vivre une chanson de BRASSENS « les sabots d’Hélène ». En même temps je suis heureux d’être le premier à l’avoir vu comme, même elle ne se voit pas, surtout qu’elle n’a pas que le physique de passionnant.
Hdu85, sergio, BAS2SOIE et 25 autres a liké
#2196716
L’un de mes plaisirs est de la regarder dans diverses situations, lorsqu’elle dort, elle est d’une beauté parfaite avec ce calme qu’elle a moins réveillée. Lorsqu’elle fait les courses, que nous faisions toujours ensemble à cette époque. Mais là, je m’aperçois d’une chose, contrairement à ce qu’elle dit, elle ne laisse pas les hommes indifférents et je les surprends régulièrement mater ma belle. Au lieu de me rendre jaloux, cela me rend plutôt fier. Je me rend compte qu’elle ne voit jamais les hommes qui la regardent, qui lui sourient parce que comme je commence à lui dire à l’époque « comment veux tu voir que tu plais puisque tu as toujours le nez dans tes patates ? ».

Je me surprends à aimer que les autres regardent ma princesse. Aucune jalousie et cela ne me ressemble pas.
Elle a toujours ce regard envoûtant et à chaque fois que je lui fais l’amour je sens qu’il manque quelque chose. En fait, je me rends compte que je n’ai pas assez de mains et pas assez de pénis.

Je lui dis souvent qu’elle mérite deux fois plus de caresses, deux fois plus d’amour et de plaisirs. Je lui dis que j’aimerai faire un trio elle, moi et un autre homme.  


Quand elle réalise que je suis sérieux elle se braque, mais à chaque fois que nous faisons l’amour, c'est-à-dire presque tout les jours, la douceur de son visage, son regard angélique, contrastés avec cette impression qu’elle veuille se lâcher, s’abandonner, se sentir salope. Elle a le regard d’une douce salope qui se cache au fond d’elle.

Un jour, après l’amour, je lui dis une nouvelle fois qu’elle mérite de ne pas être qu’à un seul homme. Elle se braque de nouveau et je vois des larmes couler, elle s’effondre, ne comprend pas, me dit que je ne l’aime pas pour lui demander ça. J’ai peur, peur de la perdre, peur d’être allé trop loin, de m’être trompé. Non impossible, ce que je ressens est vraiment différent de tout ce que j’ai ressenti jusqu’à présent, il y a une force que je ne m’explique pas, je l’aime comme un fou et pourtant je veux la partager, lui offrir d’autres hommes pour qu’elle se découvre, s’assume et se livre. J’essaie d’être doux, amoureux et de m’expliquer, de lui expliquer que mon amour est sincère, que je sens qu’il est au dessus de la normale et qu’il ne sera pas banal. Je m’en veux de ne pas être jaloux, mais je sais que je ne me trompe pas, qu’elle est différente et que je dois l’aimer différemment. Mais voila elle ne le sait pas et comme j’ai une autre certitude, celle que je l’aime et que je n’aimerai jamais plus si je la perdais. Je ne pourrai plus jamais toucher une autre femme, car je n’aurai plus de plaisir avec une autre. Non je ne pourrais pas, elle sera la dernière femme que je toucherai de ma vie.
Ce jour là, pour moi c’est fini, nous serons un couple classique et ordinaire au niveau du sexe et aucune chance de la faire changer d’avis et de lui ouvrir les yeux sur ce qu’elle est vraiment.
J’évite de plus en plus de lui parler de chose trop sexe, même si j’ai l’impression qu’on va passer à côté d’une histoire hors du commun, à côté de notre histoire.

Le temps passe et nous avons encore changé de logement depuis quelques mois. Nous découvrons internet et comme son attirance pour les relations entre femmes et l’une des seules choses sexuelles qu’elle arrive timidement à avouer, nous commençons à chercher une femme de son âge. Quelques contacts ne donneront jamais rien, il est en effet très compliqué pour une femme en couple de trouver une amie particulière. Même si son compagnon reste en retrait de cette histoire et ne participe qu’à la recherche.
Hdu85, Nymphette, Halohalo et 23 autres a liké
#2196723
5-l’inexplicable


Voila plus de six ans que nous sommes ensemble et j’ai toujours autant envie d’elle. Je n’ai toujours pas envie d’aller voir ailleurs, pire, je ne regarde plus les autres filles.

Nous nous sommes mariés, moi l’anti-mariage, c’est même moi qui en ai parlé le premier, je l’aime et elle est la seule avec qui je veux faire ma vie. En fait je n’étais pas contre le mariage, je l’attendais elle, c’est tout.
Ce fut franchement le plus beau et le plus émouvant jour de ma vie et même si elle m’a offert depuis pas mal de belles surprises, jamais ce jour ne sera égalé.

Elle dit rarement non et dès que j’ai envie d’elle je la culbute, autant dire que c’est presque chaque jour. Mais il manque toujours quelque chose, quand je la sens chaude je lui remets une couche sur un trio homme-homme-femme. Mais j’insiste moins et je commence à me dire qu’il me faut renoncer. Je me fais une raison, c’est elle qui a peut être raison. Elle est faite pour une vie « ordinaire », enfin une vie de couple basée sur l’exclusivité et la privation au nom de la morale et des conventions pré-écrites de nos sociétés.

Elle suce de mieux en mieux, mais si je ne demande pas elle ne fait pas d’elle-même. Nous avons tenté la sodomie, mais il est clair qu’elle ne veut pas dans sa tête car son corps ou plutôt son anus s’ouvre outrageusement en levrette. Mais il se referme aussitôt dès que je joins le geste à la parole quand j’évoque la sodomie.

Il faut que je me fasse une raison, j’ai trouvé l’amour, une princesse avec un corps de déesse mais avec une libido forte mais enfouit tout au fond d’elle. Alors tant pis, je l’aime, je ne suis pas en manque sexuellement, donc pas d’envie d’adultère. J’aurai toujours l’impression de ne pas lui apporter ce qu elle mérite mais en même temps c’est elle qui y renonce.

Je suis dans l’année de mes 35 ans, je sais qu’elle va faire beaucoup pour ce jour là, elle est très sentimentaliste et ces jours là ont beaucoup d’importance pour elle. La journée sera fantastique mais à l’eau de rose, elle m’épatera en ayant trouvé un cadeau extra dont je ne m’attendrais pas.

Puis un soir, quelques semaines avant mon anniversaire, elle me dit :
-« pour tes 35 ans, je vais t’offrir ce que tu désires mais une seule fois, après on en parle plus, on va chercher un mec pour le faire à trois. »

Je devais avoir une tête d’abruti, je n’en reviens pas, j’allais renoncer et là elle me dit ça.
Elle sait que je ne ferai pas marche arrière et là elle m’offre ce qui me torture depuis près de 5 ans.

Je suis le plus heureux des hommes, non pas parce que je vais réaliser un fantasme très sexe avec ma femme, mais parce qu’elle a dit oui par amour.
Cette euphorie ne va pas durer longtemps, parce que si elle le fait que par amour pour moi il n’y a aucun intérêt, puisque moi je veux que cela lui apporte quelque chose à elle et dans ces conditions elle n’aura aucun plaisir et je commence à l’imaginer en train de faire l’étoile de mer en attendant que cela passe. Je ne veux surtout pas qu’elle pense que je suis un égoïste répugnant qui utilise sa femme pour faire du sexe.
Hdu85, Nymphette, misscple36 et 27 autres a liké
#2196995
Mais comme entretemps nous refaisons l’amour et qu’une nouvelle fois je la vois resplendissante et faite pour le plaisir, je me dis que je ne peux pas m’être trompé et que j’ai le devoir de lui offrir le plaisir que je ne pourrai lui amener seul.

Nous en reparlons et elle me dit de chercher mais qu’il n’y aura qu’une fois.

Maintenant le plus dur était de trouver un homme, un proche c’est difficile ; je ne me vois pas dire à un copain « ma femme te plait ? tu voudrais bien la baiser avec moi ? »

Une annonce dans un magazine spécialisé ? nous en avons lu certains mais franchement je ne me voyais pas poster une lettre avec une annonce écrite et attendre les courriers, faire le tri, y répondre ….et après ? un autre courrier ? un rendez vous dans un bar ? sur un parking et si le mec lui plait pas ?

Il fallait que je le fasse et vite, ne pas laisser passer trop de temps entre sa décision de se lancer et le fait de commencer à chercher. Je ne voulais pas qu’elle ait le temps de faire machine arrière et puis si on n’essaye pas je ne saurais jamais si c’est moi ou elle qui avait raison.
Je ne voulais pas passer une vie avec des regrets et m dire dans 50 ans que ma vie et celle que je lui ait offert ont été triste et sans saveur. Et surtout je ne voulais pas qu un jour elle me regarde en se disant « je suis passée à côté de pleins de choses à cause de toi »  

Internet commençant a bien se démocratiser, cela nous a permis de chercher un partenaire de jeu en tout anonymat. C’était la grande époque des tchat, bien mieux qu’aujourd’hui, il y avait des tchat adultes pas forcément sexe à la base, où l’on pouvait discuter avec des personnes de notre tranche d’âge. J’ai créé une adresse mail anonyme pour les futurs contacts et je me connectais souvent sur un tchat 35-45 ans.
Hdu85, Masterlaurent, PateL et 24 autres a liké
#2197278
6-L'initiateur.

La plupart des discussions sont sympas et même faciles. Il y a peu de lourdauds, en fait et ils sont vite éliminés.
Une conversation sort du lot avec un homme légèrement plus vieux que moi. Il est très à l’écoute, comprend qu’il s’agit pour nous d’une première expérience. Que Miss est une jeune femme timide qui n’a pas le tempérament de la nympho recherchant deux queues pour elle. Mes explications et descriptions lui prouvent que ma recherche est fondée même si il comprend la réticence de ma femme.
Nous discutons plusieurs fois avant d’échanger une adresse mail. Miss discute aussi avec lui et le feeling passe bien entre eux. Elle s’amuse avec cet inconnu qui découvre notre intimité, mais cela reste du virtuel. Cet inconnu que nous appellerons Manu devient un interlocuteur quotidien pendant plusieurs semaines.
Par obligation nous devons échanger quelques informations confidentielles et nous apprenons que nous habitons entre le travail de Manu et son domicile.
Il nous propose donc tout naturellement de passer pour un premier contact juste pour faire connaissance quelques minutes en prenant un verre.
Il passe donc un soir en sortant du travail, Miss est stressée et moi je ne suis pas mieux. Mais Manu est très à l’aise et puis en fin de compte c’était juste une rencontre pour se connaitre et sans engagement.
Nous discutons tout les trois autour d’un verre et il arrive à nous mettre un peu plus à l’aise.
La rencontre dure moins d’une heure et Manu nous confirme qu il est séduit par ma femme. Qui elle-même est flattée de plaire à cet homme, elle qui pense toujours que les hommes ne la trouve pas attirante. Elle est plus à l’aise que je ne le pensais même si bien sûr elle ne se transforme pas en nympho perverse juste parce qu’un homme la charme.
En arrivant Manu m’avait serré la main et il avait fait deux bises sur les joues à Miss.
En partant il me sert de nouveau la main, mais il embrasse carrément Miss qui ne refuse pas ce baiser.
La première sensation candauliste sans le savoir. La voir embrasser cet homme me fait basculer dans un monde irréel et en apesanteur. Un trouble nouveau, de bien être, d’émerveillement et d’incrédulité.
Après le départ de Manu, j’ai du mal à réaliser ce qui vient de se passer, je me demande même si ce n’est pas mon imagination qui me joue des tours.
Mais le plus étrange, c’est l’absence totale de jalousie, voire même la naissance d’une certaine fierté.
« eh !!! mec !!! C’est ma femme que tu viens d’embrasser, te rends tu compte de la chance que tu as ? » Voilà en traduction terre à terre, ma pensée.
Nous parlons peu de cette première approche, elle le trouve sympa ce qui est déjà beaucoup car une impression négative aurait été synonyme de rejet et de retour à case départ.
Lui, ne l’aurait pas embrassé si il ne la trouvait pas à son gout.
Reste à caler une autre rencontre avec un peu plus de temps, pas évident entre mes horaires, les siens et nos vies de famille.
Hdu85, Halohalo, Nymphette et 24 autres a liké
#2197481
Les jours passent, nous communiquons toujours par mail, Miss semble sous le charme de cet homme qui ne brusque rien.
Par obligation professionnelles, je dois partir quinze jours en stage et je ne peux rentrer que le week end. Ce stage prévu en dernière minutes repousse la deuxième rencontre.
J’appelle Miss le soir car nous n’avons pas l’habitude d’être séparé. J’appelle d’une cabine, car à l’époque les téléphones portables en étaient qu’à leurs débuts.
La cabine c’était bien mais question intimité ce n’est pas le top, mais en choisissant ses heures on arrive à être assez tranquille.
Manu avait proposé de repasser un soir après son boulot, mais comme je n’étais pas là, cela le gênait.
Après avoir posé des limites, rien n’empêchait son passage rapide pour voir si la première impression était toujours bonne.
Toute la journée, plein de questions trottaient dans ma tête ;
- Allait-elle l’embrasser en guise de bonjour ?
- Penserait-elle à moi ?
- Est ce qu’elle ne cèderait pas s’il était trop entreprenant ?
J’enrageais de ne pas être là à cause de ce stage de dernière minute, mais bon j’avais confiance en sa fidélité et que même si la séduction commençait à opérer, elle vivait cette aventure pour satisfaire le fantasme de son homme. Si je lui demandais d’en rester là, elle aurait tout stoppé sans aucun regret.
Et puis zut ! C’était mon cadeau d’anniversaire.
La journée fut interminable, tout comme le repas du soir et l’attente jusqu’à l’heure fixée pour mon appel à ma chérie.
Enfin l’heure tant attendue arrive et ma seule peur est qu’elle me dise « finalement je ne pourrai pas le faire …. ».
Mon appel a rapidement pris une tournure irréelle et magique.
Hdu85, pasquale36, PetitChaton et 23 autres a liké
#2197746
-« alors, il est passé ? »
-« oui » répond elle
-« toujours sous le charme ? »
-« oui et j’ai eu chaud »
-« comment ça ? » l’interroge je.
-« on s’est embrassé et il a glissé sa main sous ma jupe. Il a écarté mon string et il m’a doigté. Il m’a dit que je mouillais comme une salope » me dit elle timidement.
J’ai senti dans sa voix, bien que très douce, qu’elle était fière de me dire cela, pourtant y a quelques mois de cela elle n’aurait pas apprécié qu on la compare à une salope.
-« vous avez fait autre chose ? » je commençais à paniquer, peur d’avoir raté cette première.
-« non, il n’est pas resté longtemps et je ne voulais pas le faire sans toi, c’est pour nous »
-« je suis sûr que tu mouillais vraiment comme une salope, tu es extra. ».
-« tu me fais faire n’importe quoi »
-« non, je t’aide à prendre ce que tu mérites »
Je lui dis que je suis fier d’avoir une femme aussi sensuelle même si elle ne me croit pas ou que j’exagère.
Mon stage fini nous commençons à parler de la rencontre.
Hdu85, Nymphette, PetitChaton et 22 autres a liké
#2198049
Après quelques échanges de mails nous convenons d’un vendredi après midi.
A mon grand étonnement elle ne fait pas marche arrière, déjà elle m’épate.
Le jour « J » arrive. En attendant notre invité Miss stresse un peu, elle n’arrête pas de faire des allers-retours aux toilettes pour le pipi de la peur. Ce stress mélangé à son innocence naturelle, la rendent adorablement excitante.
Manu sonne à la porte de notre maison. Je l’accueille avec une poignée de main, il embrasse ma femme, c’est fou mais j’adore toujours voir ça, c’est un des moments forts de cette histoire.
Nous buvons un verre, en discutant. Nous sommes tout les trois sur le canapé, elle, entre nous deux, entre ses deux hommes. Je ne ressens toujours pas de jalousie, étrange, moi qui l’ai toujours été.
Elle est un peu tendue, mais moi aussi, c’est la première fois que nous sortons des chemins de la norme sexuelle judéo-chrétienne qui veut l’exclusivité limitée dans le couple.
Mais c’est elle qui parle de monter à l’étage dans notre chambre. La chambre parentale, maritale, le sanctuaire du couple. Nous l’ouvrons à un quasi inconnu, qui vient pour trousser ma femme en ma compagnie.
Qu’elle prenne l’initiative de nous faire monter dans la chambre me fait dire que l’épisode du doigtage pendant mon stage, lui a fait passer le cap de l’interrogation en lui prouvant qu’elle peut prendre du plaisir dans une sexualité différente.
Voila, nous y sommes. Je vais enfin voir ce que j’ai souvent imaginé, ce que j’ai souvent essayé de refouler car elle est la seule fille que je n’ai jamais aimée et que j’aime de plus en plus.
J’ai déjà eu plein de nouvelles sensations, des biens être que je ne pensais même pas possible avec une personne. Mais là en rentrant dans la chambre je me sens un autre, ou plutôt dans un autre monde, dans un rêve, un état second. Comme si j’étais spectateur du jeu sexuel qui allait se dérouler à trois dans cette chambre.
J’embrasse ma belle et m’éloigne la laissant découvrir la nouveauté de ce jeu.
Manu s’approche d’elle, lui prend le visage et l’embrasse à son tour, puis ses mains glissent le long du corps de ma femme encore vêtue de sa petite robe.
Il descend tout en l’embrassant dans le cou.
Candauheureux, Hdu85, Nymphette et 21 autres a liké