©FORUM CANDAU - N'oubliez pas de liker !
C'est par ici dans cette section du forum cando qu'on poste des photos candaulistes, des vidéos, des sons, et médias sur le candaulisme... par ici aussi qu'on montre ou qu'on fait entendre sa femme ou le cocu de service ... qu'on échange, qu'on joue avec les images, les vidéos et les sons... Bref tout ce qui touche aux images/vidéos/sons candaulistes c'est dans cette section de notre forum.
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 12
#2099561
Disons que j'ai d'abord été en contact avec le mari. Nous avons élaboré ensemble quelques séances et soirées pour initier sa femme à de nouveaux plaisirs.
Et on peut dire que l'éventail des plaisirs explorés fût très large.
J'ai été en quelque sorte, le metteur en scène des fantasmes du mari.
La belle s'est longtemps refusé à passer à l'acte. Elle aimait le fantasme, mais le passage à l'acte était exclu. Question d'éducation, de rang social et de morale.
Elle a fini par accepter une première soirée (celle-ci est une des dernières), pour faire plaisir à son mari et elle s'est révélée très sensuelle.
Ca a été assez jouissif de diriger cette très belle femme. Ses sens la dominaient totalement. Il suffisait de lui faire perdre pied, de la troubler, pour disposer pendant plusieurs heures, d'un jouet sublime. La phase de montée en tension devait être particulièrement longue. Toute tentative à la hussarde aurait été vouée à l'échec. C'est la raison pour laquelle j'ai commencé ce post : L'importance de l'ambiance et de la durée de "l'avant" pour faire monter la tension.
Elle était toujours confuse et honteuse après, que ses sens aient tant aimé ce que sa morale réprouvait tellement. Mais elle acceptait de plus en plus facilement à chaque fois la séance suivante. Jusqu'à une dernière, ou un malotru a tout fait capoter. définitivement.
Mais ce n'est pas l'objet de ce post. Profitez bien de cette rétrospective.
#2114149
De retour après un long déplacement suivi de vacances bien méritées ;-)
Je reprends le récit de la soirée.
Pour ceux qui prennent le récit en route, il s'agit de l'initiation à la soumission d'Isabelle.
Je l'avais déjà dirigée dans quelques soirées, mais celle-ci était une première, car il s'agissait de lui faire franchir une étape et passer à un état de soumission plus poussé.
Nous en avions discuté avec son mari, car c'était son fantasme ultime : Me voir diriger son épouse au cours d'une soirée ou elle serait soumise à plusieurs hommes.
Isabelle savait dans les grandes lignes que cela se produirait, mais elle ne savait pas ou. ni quand.
La soirée avait commencé comme une soirée comme nous en avions déjà passé.
Nous attendions le mari d'Isabelle, retenu à une conférence pour commencer la soirée. Car, il était convenu entre nous que rien ne se passe sans qu'il soit présent. Cela rassurait Isabelle et Jean ne manquait rien de ces moments si intenses pour lui.
J'avais choisi parmi mes relations, ceux qui auraient le privilège d'utiliser la belle ce soir là. La soirée se déroulait chez un d'entre eux. Sa maison possédait à l'étage une pièce que nous utilisions souvent pour nos soirées.
Jean tardait et Isabelle semblait de plus en plus nerveuse.
La sonnette annonçant l'arrivée de Jean la fit sursauter. Cela la soulageait visiblement, mais elle se doutait aussi que l'arrivée de son mari signifiait que la soirée allait prendre un autre aspect que la convivialité innocente de cet apéritif courtois.
La façon dont elle se jeta dans ses bras à son entrée dans le salon montrait bien la tension qui l'habitait à cet instant.
Passées ces effusions et les mots tendres et apaisants de Jean, j'invitais Isabelle à monter à l'étage, j'invitais nos invités à la suivre. Son pas dans l'escalier était incertain. elle devait deviner sans peine nos regards posés sur ses courbes. Arrivés en haut, je passais derrière Isabelle, et la soirée changea de tonalité en un instant. le silence se fit dans la pièce.
La suite si ca vous plait toujours...
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.
#2114281
La belle n'a plus aucun repère visuel. Elle entend les gens se déplacer dans la pièce, des meubles qu'on bouge et les chuchotements des invités. Elle est aux aguets, tendue.
Elle entend les clics d'une valise qu'on ouvre et le bruit d'objets qu'on pose sur une table...
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.
cristian70241, chf, lienamiens et 20 autres a liké
#2114673
je guide la belle vers un fauteuil et l'aide a s'assoir. Instinctivement elle pose ses mains sur ses genoux et cherche à s'orienter. Peine perdue, le bandeau l'isole entièrement du monde extérieur. Je le vérifie en avancant brusquement ma main vers son visage. Aucune réaction.
Les chuchotements des invités doivent en revanche lui parvenir par bribes... elle doit entendre des mots, tels que "jambe", "déshabiller""talons", "ses cuisses", "bas", "sa bouche", "trousser" "rouge à lèvres", "fesses"...
Puis au milieu de ces termes qui ne laissent aucun doute sur la personne dont on parle, ma voix. Plus forte...
"Isabelle, vos jambes sont magnifiques.... c'est un plaisir pour les yeux. Mais ce n'est pas suffisant.... ecartez les genoux, je vous prie."
Elle se raidit en entendant mes mots. Pendant quelques secondes? elle reste immobile; Je sais le conflit intérieur qu'elle vit. Elle sait que le jeu doit la conduire à obéir. Mais tout son être s'y refuse encore... elle sait que dès qu'elle aura accédé à ma demande, elle perdra le contrôle de la soirée et d'elle même. Elle ne s'appartiendra plus. Son corps ne lui appartiendra plus pendant quelques heures. Cette idée l'emplit de honte. Autant que la jouissance qu'elle va connaître, livrée à nos fantaisies...
"Allons Isabelle, desserrez vos jambes, qu'on vous voit mieux..."
Elle pousse un long soupir saccadé, et lentement écarte ses genoux l'un de l'autre.
La soirée vient de basculer.
enfin, lentement, elle cède
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.
#2116525
La belle avait enfin desserré ses jambes, laissant entrevoir ses trésors encore cachés.
Mais cette première concession est de courte durée. elle resserre vite ses cuisses.
4-2-bis.png

J'approche d'elle et m'accroupit devant ses jambes. Elle sursaute en sentant ma main se pose a l'intérieur de sa cuisse.
4-5.jpg

"Non... Ca ne va pas.... Il va falloir faire encore un effort. Qu'on vous voit mieux.. Vous savez bien que vous aimez vous vous montrer. Oubliez votre pudeur... Faites ce que je vous demande..."
J'exerce une légère pression et je sens ses muscles se raidir. J'insiste.
C'est un combat qui s'engage. Je devine les pensées et les sensations qui s'entrechoquent dans sa tête. L'obscurité dans laquelle la plonge le bandeau ajoute encore à sa tension et à sa confusion. Elle guette la voix de son mari. En vain.
Les lèvres entrouvertes, elle respire de manière saccadée. Je la sens perdue, fragile. J'insiste et, lentement, elle cède... La lutte dure encore quelques minutes.
Jusqu'à ce que j'obtienne l'ouverture que je souhaite.
ouverture souhaitee OK.jpg

Ca y est enfin. Le silence envahit alors la pièce.
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.
cristian70241, vince91, hypo2717 et 29 autres a liké
#2116745
Au vu de sa lingerie désormais parfaitement visible, ses cuisses dénudées au dessus de la lisière des bas, les chuchotements entre les invités reprennent.
"Magnifique... " "elle est superbe.." Félicitations..."
"Vous avez bien de la chance d'avoir une femme si belle et si docile, merci de l partager avec nous..." A ces derniers mots que j'adresse à son mari, elle se raidit et prend une profonde inspiration. Mais elle ne resserre pas les cuisses et reste parfaitement immobile.
ouverture souhaitee OK.jpg

"Je sais qu'Isabelle va faire en sorte de nous satisfaire pour que vous soyez fier d'elle. Ce n'est pas évident pour elle, Messieurs... Tout a l'heure quand elle sera à vous, soyez à l'écoute. Si elle prononce le mot "pourpre", je vous demande d'arrêter dans l'instant ce que vous êtes en train de lui faire. C'est bien compris...?"
Isabelle se mordille les lèvres, réalisant avec peine que c'est d'elle dont on parle ainsi. Un objet de plaisir qu'on va utiliser. Elle qui, il y a deux heures discutait sur le trottoir devant l'école avec les mamans des copains d'école de ses fils. Qui aurait pu se douter de se qu'elle faisait maintenant...
Après cette mise au point sur le déroulement de la soirée, il est temps de reprendre la montée en tension.
"Levez vous, Isabelle je vous prie... et allez vous placer devant le mur... Votre mari va vous aider..."
Son mari l'aide a se lever, la prend dans ses bras un un instant, puis conduit Isabelle, le pas hésitant, face au mur. Aveugle, il l'aide a se retourner.
La voilà debout devant nous, les yeux bandés. Sa silhouette fine habillée de noir, allongée par les talons de ses escarpins, elle ne bouge pas...
"Relevez le bas de votre robe, Isabelle... lentement, je vous prie..."
Sa main met une éternité à descendre le long du tissu de sa robe. Elle saisit maladroitement l'ourlet et commence à relever l'étoffe.
5 (2).jpg

"C'est bien, Isabelle. Encore..."
Je peux voir sa main qui tremble légèrement, tirer plus franchement le tissu vers le haut.
6 (2).jpg

Je l'encourage encore.
"Allons Isabelle, montrez nous vos trésors... que nos amis puissent déjà profiter de ce délicieux spectacle..."
Il est temps de faire encore monter la pression.
"Allons Isabelle, le temps passe, même si nous avons toute la nuit, vous savez que ca ne sert à rien de gagner du temps.. Troussez vous franchement, qu'on voit mieux votre lingerie et votre corps"
Elle inspire profondément, puis après un instant d'hésitation, poursuit son mouvement.
7.jpg

Elle tient le bas de sa robe à deux mains, dévoilant la lisière des bas, laissant apercevoir timidement un morceau de dentelle noire de son slip.
" C'est très bien Isabelle... vous voyez les amis, je ne vous avais pas menti, Isabelle est non seulement une très belle femme, mais en plus toute dévouée à nos désirs ce soir..."
"A présent Isabelle, je vais écarter le devant de votre slip pour que nos amis voient les lèvres de votre sexe... je suppose que vous vous êtes épilée pour nous ?"
Elle se raidit à ces mots et amorce un mouvement de recul. Elle ne répond pas, mais elle lâche d'une main sa robe et vient la plaquer sur l'avant de son slip, en signe de refus...
ouverture souhaitée OK2.jpg

Pas de mot d'arrêt... C'est juste un soubresaut de sa pudeur. nous pouvons continuer...
"Bien, Isabelle, revenez vous assoir, je vous prie... puisque vous ne voulez pas qu'on écarte votre slip, nous allons procéder autrement..."
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 12