©FORUM CANDAU - N'oubliez pas de liker !
A cet endroit du forum candauliste les membres (couples candaulistes, femmes et aussi hommes seuls) sont invités à se présenter à toute la communauté du site. Ils peuvent également créer des fils persos et les mettre à jour comme bon leur semble. Profitez de cet espace du forum candau, c'est le votre !
  • 1
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
#2185147
Après avoir administré au cocu la leçon qu'il méritait, nous l'avons conduit au grenier où il passerait la nuit, encagé bien sûr, puis Diane et moi sommes allés nous coucher dans ma chambre.

Il était tard, nous étions tous deux fatigués, et nous avons rapidement sombré dans un sommeil profond, enlacés amoureusement.

Comme à mon habitude, je me suis réveillé très tôt. Je me suis rapproché de Diane, me suis collé contre son dos, et ai glissé mon érection matinale entre ses cuisses. Elle ne dit pas un mot et n'ouvrit pas les yeux. Seule sa main bougea pour saisir ma queue et la guider en elle, et c'est ainsi que je l'ai réveillée progressivement, par des mouvements très lents qui entraient de plus en plus profondément en elle.

Comme la veille, nous avons fait l'amour très longuement, tout en douceur, pratiquement sans un mot. Diane se laissait guider, se laisser porter par ses sensations, savourant ces attentions que son cocu n'est pas capable de lui prodiguer. Elle jouit ainsi plusieurs fois, et chacun de ses abandons était le plus beau cadeau qu'elle pouvait m'offrir.

A un moment où nous faisions une pause, nous avons entendu approcher les pas de Camille qui s'était levé et avait quitté le grenier. Je lui ai dit d'entrer, et il est venu s'allonger sur le lit contre sa Maîtresse. Ils s'embrassèrent doucement, tandis que Diane caressait la cage à travers la culotte plastique du soumis. Puis Camille vint se placer tête-bêche avec sa Maîtresse, et enfouit son visage entre ses cuisses, cherchant le mélange de nos parfums après l'amour.

Il est bon que le cocu voie comment son épouse se donne à moi (ou à d'autres amants éventuels) pour qu'il puisse mesurer ce qui le sépare des vrais mâles propres à satisfaire sexuellement une femme. Comme au réveil, je me suis donc plaqué contre le dos de Diane et l'ai pénétrée une fois de plus. Camille lui léchait le clitoris, et je sentais la pointe de sa langue contre ma queue pendant mes va-et-vient. De temps en temps, je me retirais de sa Maîtresse et plongeais dans sa bouche. Il me suçait alors avec application, comme il convient pour un soumis.

Diane ne bougeait pratiquement pas, profitant de l'instant entre son mâle et son châtré. Puis soudain, elle se redressa et se mit à quatre pattes sur le lit.
- Camille, viens sous moi !
- Euh… je crois que je ne suis pas prêt pour être nettoyeur…
- Viens sous moi !
Le ton ne laissait pas de place à la contestation, et Camille s'exécuta. Aucun doute n'était possible quant à ce que Diane désirait désormais. De nous trois, c'est incontestablement elle qui apprécie le plus le principe du cocu nettoyant le foutre que l'amant a déversé au plus intime de l'épouse.

Camille était désormais sous sa Maîtresse, en position de 69. Je vins derrière elle, et commençai à la prendre vigoureusement. Mes couilles roulaient sur le visage du cocu qui s'activait à nouveau sur le clitoris, et je continuais à lui fourrer de temps en temps ma bite dans la bouche. Le désir de Diane était clair, et je ne voulais pas la faire attendre. J'ai donc laissé monter mon plaisir, et j'ai joui bruyamment en elle. Cela faisait un bon moment que nous étions réveillés et que je la besognais. Ma jouissance avait été longtemps contenue, et mon éjaculation fut à la mesure de cette attente. Le cocu était aux premières loges pour me voir tressaillir pendant que je me vidais au plus profond de sa Maîtresse, il devinait que le flot était abondant et savait à quoi s'attendre…

Je me retirai dès que j'eus le sentiment d'avoir libéré la dernière goutte, et aussitôt Diane fléchit les genoux pour plaquer son vagin sur le visage du cocu. Elle resta ainsi longuement, sans bouger. J'observais ce joli spectacle, et entendais les bruits de déglutition de Camille qui avalait toute mon sperme que sa Maîtresse lui déversait dans la bouche. Puis elle fit demi-tour et plaqua à nouveau son sexe ouvert sur la bouche du soumis pour qu'il la lèche sous tous les angles, afin que le nettoyage soit parfait.

Ce travail terminé, Diane libéra Camille et l'envoya se débarbouiller à la salle de bains, avant de revenir se blottir dans mes bras, très tendrement. Des câlins tout en douceur avant de nous lever enfin pour aller prendre le petit déjeuner, car tout cela nous avait ouvert l'appétit !

Le reste de la matinée fut plus sage. Camille était heureux des progrès rapides dans son éducation de cocu, et nous l'avons félicité sans pour autant négliger de lui rappeler les points qu'il lui reste à travailler. Le temps s'écoulait très rapidement. Nous avons fait une petite promenade dans la campagne pour nous aérer, puis sommes revenus chez moi pour partager un déjeuner rapide. Diane et Camille avaient des obligations qui leur imposait de partir en tout début d'après-midi. Elle et moi le regrettions, car nous mourrions d'envie de prendre le temps d'une sieste crapuleuse, qui aurait à nouveau donné l'occasion au cocu de boire son nectar préféré. Ce sera pour une autre fois…
elixir27, Archer, bonobo83 et 9 autres a liké
#2185417
Eh bien voilà, je viens de me délecter des pages qui font le début de ce récit.

Merci à vous deux, @open75 et @camilledi074 de nous donner chacun votre vision de cette évolution.
j'ai parcouru ces récits avec le désir qui est le mien de connaître un jour le sort de Camille, mais je prends également conscience, même si notre couple est différent, que c'est peut-être aussi un point de non retour auquel vous êtes arrivés.
Je suivrai en tout cas avec beaucoup d'intérêt la suite de votre évolution à tous les trois.
open75, sergio a liké
#2185443
@croclavie82 , je ne suis pas sûr qu'on puisse parler de point de non retour. La soumission peut aussi être une phase dans le parcours de vie d'un individu et d'un couple, une forme d'expérience qui peut s'achever une fois qu'on en a fait le tour.

Bien sûr, il y a un avant et un après et on n'oublie pas ce qui a eu lieu. Mais en allant au bout de ce type d'expérience on peut se découvrir soi-même, s'épanouir (oui, même dans la soumission !), et en tirer une force pour passer ensuite à autre chose.

La soumission bien comprise ne consiste pas à briser une personnalité déjà fragile, mais au contraire à l'élever en lui faisant découvrir le fond de sa personnalité pour mieux la développer.
gemini, croclavie82, cocucornu et 4 autres a liké
#2185462
En tout cas ce qui est sûr en lisant ton récit, c'est que ce couple a bien de la chance d'avoir pu trouver auprès de toi un complice qui leur permet de se découvrir. Tout ça avec de ta part un immense respect de ce couple. Alors bravo à toi.
open75, sergio a liké
#2185472
@open75 est un vrais libertins amateur de jolies femmes, de candaulisme et je crois une passion pour le bdsm candau.
quand tu le rencontre tu ne le regrettes pas .... ;)
open75, elixir27, sergio et 1 autres a liké
#2185514
@cple36 merci pour ce très aimable commentaire. Je vais cependant rectifier un point : je ne suis pas amateur de SM, la vraie douleur ne m'excite pas du tout.

En revanche, plus le temps passe et plus je me passionne pour les relations domination/soumission, et tous les ressorts psychologiques qui les animent. Très loin des "Maîtres autoproclamés" qui se déguisent avec des costumes de carnaval et se croient dominants parce qu'ils sont brutaux. Je ne porte pas de tenue en cuir couverte de clous et chaînes. Ce n'est pas la surface des choses qui m'intéresse, mais la profondeur de l'esprit, la cérébralité.

Il y a quatre mois, Diane et Camille n'imaginaient pas vivre cette situation. Mais moi, il me paraissait évident qu'ils étaient faits pour ça l'un et l'autre. Je ne fais que mettre au jour ce qui était enfoui et ne demandait qu'à éclore.
gemini, elixir27, cple36 et 6 autres a liké
#2185524
@open75 je ne suis pas calé dans les termes je pensais que le bdsm était plus cérébral que le sm mais oui je ne pensais pas du tout au fouet etc mais bien à la domination de l'esprit et certainement pas aux tenues de vinyle
#2185548
@cple36 effectivement tu as totalement raison sur le fond, il y a juste une confusion d'étiquette. ;)

Le SM, ou sadomasochisme, repose sur la douleur. Et plus la dimension SM est poussée, plus l'aspect sexuel du jeu tend à disparaître.

Ce qui m'intéresse ce sont les jeux D/S pour domination/soumission. Et effectivement je ne suis pas porté sur le vinyle et le côté théâtral, mais sur la cérébralité.

Bref, on se mélange un peu dans les classifications, mais sur le fond on se comprend bien ! :x
nacra29, sergio, croclavie82 et 2 autres a liké
#2185621
open75 a écrit :@croclavie82 , je ne suis pas sûr qu'on puisse parler de point de non retour. La soumission peut aussi être une phase dans le parcours de vie d'un individu et d'un couple, une forme d'expérience qui peut s'achever une fois qu'on en a fait le tour.

La soumission bien comprise ne consiste pas à briser une personnalité déjà fragile, mais au contraire à l'élever en lui faisant découvrir le fond de sa personnalité pour mieux la développer.

Tout à fait d'accord, je pense que chaque participant peut à tout moment faire arrêter le processus à l'aide d'un safe word.
#2185638
@quinquadirectif , il y a deux niveau d'interruption dans les jeux.

Il y a effectivement le système du mot de sécurité qui permet de suspendre une séance, ou de la maintenir mais sans aller plus loin dans une intensité croissante lorsque l'un des participants sent qu'il atteint sa limite.

Au-delà de la simple séance de jeu ponctuel, il y a la question de savoir si une telle relation a vocation à durer éternellement. C'est tout à fait possible, mais il est également possible qu'après être allé loin et longtemps dans l'exploration de ces jeux, on estime qu'on en a fait le tour et qu'on souhaite passer à autre chose.

Dans le cas de l'aventure que je relate ici, je pense qu'il arrivera un moment où Camille sortira de la soumission parce qu'il n'en aura plus besoin. Pour le moment, elle l'aide à se structurer et à assouvir des désirs et des fantasmes qu'il avait au fond de lui depuis longtemps. Je le guide et le canalise pour les mettre en place de façon cohérente, et cela vient équilibrer sa personnalité instable. Une fois que son dressage sera abouti, il aura gagné en stabilité, sera plus épanoui et n'aura plus besoin que je le canalise. Il sera temps de mettre un terme à cette relation.
croclavie82, elixir27, nacra29 et 3 autres a liké
#2185783
Malgré tout je pense que le candaulisme ést un choix de vie de couple souvent irréversible, d'autant plus si la femme est une femelle Alpha reelle et le mari un soumis ... Il peut sans doute y avoir des pauses dans le parcours mais je ne pense pas que les personnalités puissent changer.
candau73 a liké
#2185812
Le SM, ou sadomasochisme, repose sur la douleur. Et plus la dimension SM est poussée, plus l'aspect sexuel du jeu tend à disparaître.


@cple36 et @open75, je me permet d'intervenir sur vos propos concernant le BDSM et la D/s. Le BDSM reprend toutes les pratiques du Bondage, du S/m, de la D/S etc.....

Il n'est pas obligatoire de mettre de la "douleur" dans les rapports de D/s. Certains (es) soumis (es) se retrouvant dans une soumission psychique et psychologique.
D'autres aurons besoin de passer par la "douleur" pour trouver leur bien-être mais il ne s'agit nullement pour le Dominant ou la Domina de frappé comme des brutes et gratuitement.

Il s'agit, bien souvent, de pratiques bien plus subtiles. Il faut que les partenaires se connaissent bien et se fassent confiance pour que les jeux soient réussies et que le soumis ou la soumise prennent plaisir pendant et après la séance.

Croyez-moi que quand votre soumise part en Subspace, c'est qu'elle n'a pas subit de douleurs trop forte mais qu'elle est dans un état "second" ou elle semble dormir, tout en entendant ce qu'il se dit autour d'elle.

Les clichés ont la vie dure dans ce milieu et ceux cités plus haut comme "Maitre autoproclamés" continuent à les faire circuler pour se donner une "stature".

Et oui, il y a le safeword et le code couleur qui peuvent faire stopper de manières différentes les jeux.

J'arrête la mon laïus qui intéresser peut-être pas grand monde et continue à suivre ce post très agréable au demeurant. :D

Ce week-end a permis de poser un peu plus chacun dans le rôle qui lui est dévolu. Madame semble apprendre très vite ce qu'elle peut mettre en place vis-àvis de son mari. ;)
#2185823
@sergio , c'est vrai que ce que je disais à propos de la douleur est spécifique au SM, et ça n'empêche pas pour autant que cette douleur est source de plaisir.

Mais peu importe les étiquettes. Dans les jeux que je pratique, notamment avec Diane et Camille, il y a parfois une légère douleur de fessée ou de légers coups de cravache, mais cette douleur n'est pas très poussée. C'est la dimension cérébrale qui passe avant tout le reste.

Dans tous ces jeux, au final, les étiquettes ou dénominations précises n'ont aucune importance. Seule compte l'adaptation aux désirs de ceux qui les pratiquent. Il n'y a pas de règle générale en la matière, il n'y a que des cas particuliers. On peut toujours être inspirés par d'autres, mais si on cherchait simplement à imiter on ferait toujours fausse route.
#2186300
La suite ….
Je me réveille une nouvelle fois, aucun doute il est plus tard dans le matin, la lumière filtre à travers une lucarne de toit, et laisse découvrir mon environnement, celui du grenier …
L’endroit, le matelas posé au sol, me projettent mentalement immédiatement dans la place qui est la mienne : celle du cuckold.
Je pose la main sur mon sexe, enfin sur rien du tout, sinon sur l’épaisse culotte en caoutchouc cadenassée, au-dessus de la grosse couche culotte. Dessous sans doute mon sexe ? enfermé depuis plus de 48 heures dans sa cage de chasteté : longueur du tube 4 cm, les érections attendront !
Une terrible envie d’uriner me tenaille toujours, et je n’ai aucune envie de subir l’humiliation de devoir mouiller ma couche …. Mon Maitre, Open, a laissé la porte ouverte, je descends l’escalier pour rejoindre le couloir, puis la chambre.
Mon épouse Diane, est allongée nue à côté de lui. La chambre baigne dans une ambiance douce, lumière tamisée du matin, corps enlacés cherchant à prolonger l’instant, l’instant du plaisir juste avant. Je me cale contre son dos, la caresse doucement, son corps réagit tout en douceur.
« Pourrais-je avoir ma clé pour me changer ? aller aux toilettes ? »
"Sur le meuble bas" me réponds Open, je saisi la clé, file aux toilettes et reviens me blottir contre Diane uniquement habillé de ma culotte en plastique.
Son corps se réveille, dans un mouvement lent, au rythme d’un tango, ses hanches, dansent un long déhanché, qui éveille en moi le souvenir de nos matins d’avant …. Quand j’étais libre, libre de profiter de ces instants, de me fondre en elle.
Mais doucement sa main vient caresser ma cage, à travers le plastique de ma culotte, tendre rappel, que ce temps-là est révolu, que la prééminence sexuelle n’est plus mienne, mais celle de l’homme allongé à ses côtés, que sans doute j’aurais dû jouir de son corps mais que d’un choix commun nous avions décidé de vivre cette aventure, et que le renoncement au même titre que l’obéissance et la soumission à son amant, était une étape de mon éducation.
Résigné dans mon rôle de mâle, mais motivé et excité dans mon rôle de cuckold, j’enfouis mon visage entre ses cuisses, et le rythme du tango s’accéléra, et ma langue découvrit au seuil de ses lèvres intimes, le sexe de Open.
Alors que ma langue prodiguait ses bons services au sexe de Madame, celui de Open, venait parfois se fourrer au plus profond de ma gorge.
Puis dans une position où seuls les corps chargés de plaisir semblent capables de se retrouver, ma tête se retrouva coincée entre les cuisses de Open et le sexe de Madame. Il la besognait avec vigueur alors que je léchais avec application son clitoris. J’étais incapable de pouvoir me dégager, positionné comme en entonnoir sous son sexe, et je commençais à redouter l’instant où il éjaculerait, pire encore s’il choisissait de venir m’éjaculer dans la bouche…
Mais notre trio se défit en un instant, quand Diane m’ordonna, « Viens à ta place ! »
Je connaissais ma place, mon rôle à cet instant, et tentais d’y échapper, mais un second rappel me figea l’instant d’après sous elle…
Open vint derrière elle, le tango n’avait plus rien d’un tango !
Bloqué sous eux, à nouveau ma langue s’activait aux lévres de Madame, puis ma bouche s’emplissait du sexe de Open, le final allait arriver, bientôt ! où ? dans ma bouche ? dans son sexe ?
Dans un long râle Open joui en elle…
J’avais eu beaucoup de mal à accepter les rapports au naturel, mes rapports étaient réglementés par son amant qui projetait bien sûr de m’imposer des rapports sous préservatif… Diane avait joui, plusieurs fois, comme jamais elle n’avait joui avec moi, ma cage de chasteté semblait à cet instant être l’endroit le plus adapté pour moi…
Les premières gouttes de sperme me tombèrent sur le visage, quand Open se retira. Par chance il ne me demanda pas de le nettoyer. Diane bascula son bassin, et dans un face sitting parfait se plaqua contre ma bouche…. Le semence chaude de Open me coula au fond de la gorge, c’était sans compter son volteface, elle se plaqua à nouveau et dit un seule mot : « Nettoie ! »
Je savais que ce rôle revenait au cuckold, et pour la seconde fois m’appliquait à le faire sans trop rechigner car Open m’avait prévenu et cela faisait partie de mes règles de conduites je devais être à leur disposition.
Alors que nous retrouvions un peu nos esprit, Open me dit « Camille va chercher dans le premier tiroir de la commode, tu y trouveras un cadeau pour toi »
J’y trouvais un paquet de six enveloppes de format carrés 10x10 de couleur jaune (cocu ?).
« Te souviens-tu de tes règles de conduite relatives à ta sexualité ? »
Je connaissais parfaitement la réponse à la question de Open….
Bien dit-il, « maintenant tu vas nous relire à vos haute le chapitre concerné ! met toi au pied du lit ! »
Les règles de bonnes conduites du cuckold qu’avait mis en place Open indiquaient au chapitre Deux :
1.1 La Maîtresse pourra parfois autoriser le soumis à la pénétrer, par exemple pour évaluer ses progrès dans l'objectif de parvenir à une éjaculation ultra précoce, mais sauf accord préalable explicite le soumis ne devra en aucun cas jouir en elle sans préservatif, pour ne pas la souiller.
1.2 Lors des contrôles de précocité, Madame pourra annoncer au soumis une durée maximum de pénétration (par exemple trente secondes). Une fois le délai écoulé, la pénétration prendra fin même si le soumis n'est pas encore parvenu à éjaculer, pour ne pas importuner Madame plus longtemps en abusant de la faveur qui lui a été octroyée.
1.3 Dans le cadre d'un nombre de rapports annuel qui serait défini à l'avance, cette pénétration sera considérée comme rapport complet. En effet, l'incapacité du cocu à éjaculer dans un délai raisonnable pour ne pas abuser de la patience de Madame ne saurait ouvrir de droit à un nouveau rapport.

Chaque enveloppe contenait un préservatif ! Mais Open m’avait annoncé vouloir m’offrir une boite de 12 pour terminer mon année 2018, aussi pourquoi seulement 6 ??? Je commençais à contester car la parole donnée est une parole donnée !
Open clôt le débat assez rapidement : « écoute la dernière pénétration que Diane t’ai autorisée a été une débâcle…. Tu as joui en elle, alors que je te l’ai strictement interdit ! car tu as même été incapable de maitriser ton éjaculation. Tu es en train de devenir précoce, nous le savons tous ici, car nous l’avons décidé tous ensembles et dans peu de temps te sera devenu Ultra précoce, et sans doute banderas tu mou ! Donc une boite de six et largement suffisante pour toi »
Je hasardais un « Mais, ce n’est pas ce que nous avions convenu ! je souhaite rester à une boite de 12 pour 2018 ! »
Open répondit « Négocie une nouvelle fois et je retire une enveloppe, essaye encore une fois j’en retirerai une seconde, ne gâche pas tes chances …. D’ailleurs puisque nous parlions précocité : si nous procédions à ton contrôle de précocité ? »
Diane sembla acquiescer !
Avoir un rapport devant Open, et encore une étape qui m’effraie un peu, car je sais que sous les effets de mon abstinence prolongée, je ne suis déjà plus capable de faire que quelques aller et retour en elle, puis doit me retirer au risque, comme lors notre dernier rapport de tout lâcher sans rien contrôler … Mais devoir avoir un rapport devant Open me rendrait sans aucun doute encore plus rapide ….
« Je pense que je serai rapide, trop rapide et que je ne teindrai pas plus de 30 secondes …. »
Bien dit Open, « dans ce cas pourquoi faire le test si nous avons déjà la réponse ? et puis ta période d’abstinence est encore courte, aussi maintenant que nous savons que 30 secondes sont suffisantes, attendons un peu plus, et tu nous montreras comment tu sais cracher ta semence en 25 secondes ! »
La suite de notre matinée se poursuivit par une belle balade à vélo dans la campagne.
Nous retrouvions chacun nos véritables identités le temps du repas, sortant de notre jeu pour aborder des sujets normaux. Mais en fin de repas nous revînmes sur l’éducation de Camille !
Open a découvert sur ce forum, le post « la cage aux oiseaux » et l’a partagé avec Diane. Tous deux le lisent avec intérêt et à ma surprise Diane proposa « Dans l’histoire de ce couple, Pierre le mari est mis sous cage de chasteté pendant une période de trois semaines, ne serait-ce pas un bon test pour Camille ? »
Trois semaines en cage H24 ! je répondis « c’est peut-être un peu beaucoup non ? »
« à priori Non ! si ce couple l’a fait ! Mais je n’ai pas lu toute l’histoire et je ne sais pas si Pierre a véritablement respecté cette période ? ni les périodes qui lui auront été imposées par la suite … »
Je n’avais pas lu la totalité de ce post, sinon en diagonale …. Si toutefois SyvieKokine nous lit, pourrait elle nous apporter cette réponse ? «
Je savais pourquoi ce sujet était lancé, je savais les projets de Open pour moi, projets qu’ils auraient sans doute partagés tous les deux ….. Open confirma mes doutes en une phrase
« Camille le port de ta cage en H24 est un objectif fixé et nous devons commencer à y travailler très rapidement car c’est incontournable dans ton éducation, et fait partie intégrante de ta castration »
Le sujet était lancé, planifié…. Open dans la semaine actuelle, souhaita m’imposer la cage en port de nuit sous ma culotte plastique, je ne m’y suis pas plié, je n’ai pas respecté ses ordres.
Nous en avons discuté avec Diane, elle aimerait, souhaiterait que je passe en H24 pour que nous allions au bout de nos projets et car cela fait partie de mon éducation ….
En cinq mois nous avons progressé si vite dans notre relation, vite, trop vite sans doute !
Les règles de conduite sont en place, je n’ai plus le contrôle de ma sexualité, mes rapports sont limités à un par mois, et je dors chaque nuit en tenue décidée par Open.
J’ai abdiqué, me suis soumis dans mon rôle et reconnu la prééminence sexuelle de Open.
Mais passer sous cage de chasteté 24 sur 24H me semble une étape infranchissable ….
Cela signifierait, plus de sexe, des rapports ultra précoces, et une soumission quasi permanente.
Certes je trouve aussi mon plaisir dans cette cérébralité, mais j’abandonnerais et renoncerais définitivement ma sexualité « normale ».
Je m’interroge, prend du recul, envisage de faire une pause pour peut-être considérer que je suis allé au bout de mes fantasmes, en ai fait le tour ! et que finalement j’arrête !
Mais Diane dans tout cela ? Arrêtera-t-elle ? avec quelles contreparties ?
Si d’autres couples, cuckold, ont vécu ce passage je suis preneur de vos conseils ! et de tous les autres aussi !
open75, cocucornu, croclavie82 et 5 autres a liké
  • 1
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9